Synthèse Supersolution

Cliquer sur les liens bleus pour accéder aux sections correspondantes.
Cliquer sur les liens jaunes pour accéder aux madits sources.

GENERALITES | RELIQUATS | CACHE | CHOUETTE



GENERALITES

IMPORTANCE
La 12ème énigme est l’énigme la plus importante du jeu.

FAUSSE PISTE
Il n’y a aucune fausse piste dans la 12ème énigme.

SOLUTION
La solution de la 12ème énigme est la supersolution qui donne l’emplacement précis (pile poil) de la cache de la chouette.
La détermination de la cache est entièrement (et seulement) fournie par la supersolution qui nous dit quoi faire et comment le faire (on pourrait parler de mode d’emploi).
Il n’y a qu’une seule méthode pour localiser la cache sur le terrain, et c’est facile.

EXEMPLES
Max Valentin a donné des exemples de supersolution pour montrer qu’il était possible de localiser un point précis de façon simple, sans recourir à des techniques sophistiquées.
La localisation de la chouette est bien plus facile que toutes les autres chasses que Max Valentin a organisé avant janvier 1999.
Premier exemple donné par Max Valentin : « IMAGINEZ UNE DROITE ALLANT DE L'ARCHE DE LA DEFENSE A L'OBELISQUE. CETTE DROITE PASSERAIT DONC AU MILIEU DE L'ARC DE TRIOMPHE. LA CHOUETTE POURRAIT ETRE ENTERREE A 2 METRES DE L'ARC DE TRIOMPHE, SUR CETTE LIGNE, COTE OBELISQUE » … « EN REPRENANT CET EXEMPLE, VOUS COUPEZ UN MORCEAU DE FICELLE D'UNE LONGUEUR DE 2 METRES, ET VOUS MESUREZ DEPUIS LE CERCLE PERIPHERIQUE DE L'ARC DE TRIOMPHE EN DIRECTION DE L'OBELISQUE. MAIS JE REPETE QUE CECI N'EST QU'UN EXEMPLE THEORIQUE... ».
Un type d’exemple qui revient souvent : « CHERCHEZ TEL ELEMENT ET CREUSEZ A X METRES » :
- « CREUSER A DEUX METRES DANS LE PROLONGEMENT DE L'ORTEIL GAUCHE D'UNE STATUE DE DIANE CHASSERESSE ».
- « CREUSER A 1,50 M DEVANT LE GROS ORTEIL DE LA STATUE DU COMMANDANT COUSTEAU (OU DE PAUL BOCUSE, OU DE JEAN-PIERRE PAPIN, OU N'ANNIE CORDY, AU CHOIX) ».
- « CREUSEZ A UN METRE DEVANT LA PIERRE GRAVEE ».
- « CREUSER A 4 METRES VERS L'EST DE LA PORTE DE "CHEZ GINETTE" A MOURMELO N ».
Un exemple un peu plus complexe pour illustrer le fait que la supersolution ne peut s’appliquer que dans la bonne zone : « DIX METRES A GAUCHE DU PREMIER ROCHE R APRES LA CABANE EN RONDINS QUI SE TROU VE A 500 METRES DU CENTRE DU VILLAGE EN DIRECTION DU SUD-EST 22 DEGRES ».

2EME CARTE
La 2ème carte intervient à l’issue de la 11ème énigme, elle sert à appliquer la supersolution (et seulement à ça).
La 2ème carte est indispensable pour pouvoir appliquer la supersolution.
La 2ème carte ne permet pas de pointer la cache (elle n’y figure que virtuellement) mais elle permet de comprendre comment accéder à la cache, et une fois qu’on a compris comment faire il ne reste plus qu’à aller pointer la cache sur le terrain.
Il ne s’agit pas d’appliquer la supersolution sur la 2ème carte (dans le sens appliquer une méthode pour trouver quelque chose), cette dernière nous aide simplement à appliquer la supersolution sur le terrain.
Pour appliquer la supersolution à l’aide de la carte, on ne se sert d’aucune référence en dehors de la zone.

SUPERSOLUTION
Rien dans le livre n’explique comment aborder la supersolution, le chercheur devait le déduire de lui-même en s’apercevant que la zone était insuffisante pour repérer un point précis (en fait la chose a été déduite après moins d’un an par un groupe de chercheurs qui n’étaient même pas très avancés).
Il y a un autre moyen (que de s’apercevoir que la 11ème énigme donne une zone et non un point précis) de deviner l’existence de la 12ème énigme (laquelle est cachée dans le jeu).
Au début Max Valentin appelait la supersolution le « lien » mais il a arrêté car ça créait une confusion avec le lien entre les énigmes (clefs de passages).
La 12ème énigme n’a ni titre ni visuel.
La 12ème énigme est une des énigmes dont Max Valentin est le plus fier de par la précision de la localisation.
La supersolution n’est pas trop difficile à trouver (la 12ème énigme est vraiment facile comparée à certaines autres énigmes).
Dit autrement la 12ème énigme est celle qui nécessite le moins de gymnastique intellectuelle et/ou de recherche documentaire.
Quand on a la supersolution (et qu’elle s’inscrit dans la zone) on peut être sûr de nous.
La carte permet d’avoir une localisation approximative de la chouette, la localisation précise ne pouvant se faire que sur le terrain (et si le chercheur a un doute il peut se renseigner avant de se déplacer).
On ne doit se déplacer que si on est sûr à 100% d’avoir tout juste.
Pour avoir la supersolution il faut avoir toutes les bonnes solutions des 11 énigmes précédentes.
La supersolution ne peut s’appliquer qu’à la bonne zone.
La supersolution ne peut s’interpréter que d’une seule façon (une fois sur place il n’y a qu’une seule possibilité).
La supersolution ne nous « balade » pas (elle ne nous promène pas inutilement dans la zone).
La supersolution n’est ni courte ni longue, elle est raisonnable.
La supersolution est indépendante des résultats précédents (elle n’y fait pas référence dans son déroulement).
La supersolution a été conçue à la fin mais Max Valentin avait le principe en tête avant de commencer les énigmes.
Tout ce qu’il y a entre le moment où on découvre la supersolution et celui où on va creuser un trou est assez radicalement différent de toutes les autres chasses de Max Valentin (antérieures à juillet 1999).
Il n’est pas nécessaire de se placer à un endroit particulier de la zone avant d’aborder la 12ème énigme.
Quand on a la supersolution, et si tout a été fait dans les règles de l’art, on n’a plus besoin du livre et de la 1ère carte (le livre pourrait servir dans un cas particulier mais c’est très improbable).
On ne peut pas compléter la phrase « la cache se trouve … » en moins de 10 mots.
Une localisation par longitude et latitude est à exclure de la supersolution.
Une croisée de chemins serait insuffisante pour localiser la chouette.
Il est important de suivre le parcours donné par la supersolution dès le point de départ.



RELIQUATS

DEFINITION
Les reliquats sont des éléments qui subsistent après le décryptage des énigmes, ils ont indirectement servi à trouver les solutions mais n’en font pas partie.
Tous les éléments qui subsistent du décryptage des énigmes ne sont pas de reliquats, il y a un tri à faire.
Les reliquats apparaissent forcément dans le décryptage qui mène aux solutions des énigmes.
Exemples de reliquats :
- On va de la station « Convention » à la station « Volontaires », on doit passer par la station « Vaugirard » : « Volontaires » est la solution « Vaugirard » est un reliquat.
- On va de Paris à Marseille par l’A7, on doit passer par Lyon : Marseille est la solution et Lyon est un reliquat.
- On fait construire un muret autour de sa piscine, pour cela on utilise un jeu de planches destiné à guider la maçonnerie et maintenir la construction jusqu’à ce que le ciment soit sec : ces planches sont les reliquats.

ELEMENT BRUT
Les reliquats n’apparaissent pas en clair dans le livre.
Les reliquats ne sont donc pas des éléments bruts tirés des énigmes (ils ne sont pas extraits des titres, textes ou visuels bruts de fonderie).
Il n’y a pas de reliquat dans les visuels seuls (un reliquat n’est une chose qui saute aux yeux dans un visuel).

SOLUTION
La solution d’une énigme ne peut pas être un reliquat (un reliquat ne peut pas faire partie de la solution d’une énigme).

CLEF DE PASSAGE
Une clef de passage ne peut pas être un reliquat.

IDENTIQUES
On ne peut pas trouver 2 reliquats identiques dans les énigmes.

EXTRACTION
Il faut commencer par extraire les reliquats du décryptage des énigmes.
Pour extraire les reliquats il faut faire preuve de logique et d’astuce.
La logique d’extraction peut être trouvée en cours de route mais il vaut mieux attendre d’avoir fini de décrypter les 11 énigmes avant de s’attaquer à la 12ème.
Il y a un truc (déclic, illumination, inspiration, idée) pour extraire les reliquats, celui-ci se trouve dans la tête du chercheur (il n’y aucun indice dans le livre ou dans les énigmes qui indiquerait comment procéder).
Le truc permet de repérer les reliquats eux-mêmes et non pas les énigmes qui contiennent les reliquats.
Quand on a trouvé le truc, on peut être sûr des reliquats à extraire (il devient simple de les avoir tous, sans en oublier aucun).

ASSEMBLAGE
Quand on a fini d’extraire les reliquats, il faut les assembler c’est à dire les mettre dans le bon ordre.
Max Valentin conseille d’assembler les reliquats dans l’ordre des énigmes donné par la B et de façon chronologique à l’intérieur d’une même énigme, cela nous facilitera la tâche par la suite.
En effet on décrypte les reliquats dans l’ordre où on les assemble donc si on ne les assemble pas dans le bon ordre le décryptage sera plus difficile voire incorrect.
Il n’y a qu’une seule façon d’assembler les reliquats.

DECRYPTAGE
Quand on a fini d’assembler les reliquats il ne reste plus qu’à les décrypter.
Le décryptage des reliquats donne la supersolution qui indique le lieu précis où est enterrée la chouette.
On doit décrypter l’ensemble des reliquats et non pas chaque reliquat individuellement.
Il n’y a qu’une seule façon de décrypter les reliquats, c’est une question de logique et d’astuce.

DIFFICULTE
L’extraction, l’assemblage et le décryptage des reliquats est une chose assez simple, bien plus facile que le décryptage de certaines énigmes du livre.
L’extraction, l’assemblage et le décryptage des reliquats nécessite un peu d’astuce.
L’extraction et l’assemblage des reliquats n’est pas trop difficile.
Le décryptage des reliquats est facile (plus facile que l’extraction et l’assemblage).

2EME CARTE
La 2ème carte ne nous aide pas à extraire / assembler / décrypter les reliquats, elle sert uniquement à appliquer la supersolution une fois qu’on l’a obtenue.

IMPORTANCE
Les reliquats sont tous importants.
Parmi les reliquats, il y en a un de plus important que les autres.

NOMBRE
Exceptée la B qui ne contient pas de reliquat, plusieurs énigmes contiennent plusieurs reliquats, plusieurs en contiennent un seul et plusieurs n’en contiennent pas (plusieurs = au moins 2).
Le nombre de reliquats n’est pas crypté dans les énigmes, il ne pose aucun problème lorsqu’on a trouvé le truc pour repérer les reliquats.
Les reliquats ne foisonnent pas.
Une énigme ne contient pas plus de reliquats qu’aucune autre (dit autrement il y a plusieurs énigmes qui contiennent un nombre maximal de reliquats).

QUAND
Un chercheur peut commencer à isoler des reliquats au bout de 5 à 6 énigmes (tout dépend de sa sagacité) …
… mais Max Valentin conseille d’attendre la fin de la 11ème énigme pour s’en préoccuper car ce sera plus facile.

TOUS
Pour trouver la chouette il faut avoir la totalité des reliquats.
Il vaut mieux attendre d’avoir tous les reliquats pour commencer à les décrypter.

RELIQUATS
Un reliquat ne sert qu’une fois.
Un point sur la carte ne peut pas être un reliquat.
Les reliquats ne servent pas à confirmer la zone.
Un chercheur qui a bonnes solutions a forcément les reliquats qui vont avec, et les reliquats ne peuvent pas varier d’un chercheur à l’autre.
Une énigme ne peut pas être principalement composée de reliquats.
Max Valentin a composé les énigmes en partant de la dernière mais la composition des reliquats a exigé un travail complètement différent (il n’est pas parti des reliquats pour construire les énigmes).



CACHE

MILIEU
La cache se trouve à peu près au milieu de la zone (la cache n’est pas à moins de 150 m d’un bord de la zone).
La cache est à peu près au milieu de la 2ème carte (la carte de référence est celle de 1993).

PLAT
Le terrain où est enterrée la chouette est relativement plat (il ne présente aucune difficulté).

ACCES
Le cache est facilement accessible, 24h sur 24 et 365 jours par an (sauf conditions météo extrêmes).
Il est relativement aisé de visiter les alentours de la cache dans un rayon de 150 m.
L’accès au site ne présente aucun danger.

50 METRES
Il n’y a pas de construction humaine à moins de 50 mètres de la cache (ni à 50 mètres tout juste).
Max Valentin exclut de sa réponse les entités moulées, taillées ou sculptées (par exemple les dolmens et les menhirs).
Cette assertion est valable dans les 3 dimensions, et elle l’est dans le contexte de 1993 - année où a été figé le jeu - mais on sait qu’en 2000 elle était encore valable.

CONSTRUCTIONS HUMAINES
Une construction humaine est une chose bâtie par l’homme.
Constructions humaines : bâtiments, murs, béton, bois, tôle, ruines, abris, tours, monuments, statues, calvaires, croix, poteaux télégraphiques, pylônes, fils téléphoniques et électriques, panneaux indicateurs, clôtures, barbelés, grillages, bornes kilométriques et géodésiques, routes goudronnées, bitume, pavés, chemins tracés par la main de l’homme (et non par des animaux sauvages), etc…

COURS D’EAU
Il n’y a aucun cours d’eau à moins de 150 mètres de la cache.

TERRAIN PRIVE
Dans un rayon de 150 mètres autour de la cache il n’y a pas de terrain privé.

TERRAIN PUBLIC
La chouette est enterrée sur un terrain public et non pas sur un terrain privé ou un terrain privé ouvert au public.
On pouvait être sûr que le terrain resterait public jusqu’en 1998 et depuis il y a très peu de chances pour qu’il devienne privé (si ça arrivait Max Valentin en informerait tout le monde).
Si un chercheur qui a trouvé la supersolution a un doute sur la nature publique ou privée du terrain, il lui appartient de se renseigner, par exemple en rendant visite à la matrice du cadastre.
On peut creuser là où se trouve la chouette (ce n’est pas strictement interdit).
Il est strictement interdit de creuser dans les parcs naturels (régionaux et nationaux) et dans les réserves naturelles.
Officiellement il est interdit de creuser dans un lieu public, quel qu’il soit, mais depuis que l’IGN a organisé sa chasse au trésor il y a un précédent.

BOUSSOLE
Une boussole n’est pas utile sur le terrain, et on s’en rend compte en découvrant la supersolution.
En effet la boussole n’est pas un instrument d’une grande précision et Max Valentin n’aurait pas conçu la supersolution de manière à ne pouvoir localiser la chouette que grâce à un tel instrument.

REPERES
Max Valentin refuse de dire s’il y a des repères dans le jeu mais s’il y a des repères ils sont forcément pérennes.
Un rocher par exemple a un caractère pérenne même s’il est soumis à l’érosion alors que ce n’est pas le cas d’un élément en bois qui peut brûler et disparaître (un arbre, une forêt, un panneau de grande randonnée, une cabane forestière, …).
Une table d’orientation ne peut pas servir de repère dans le jeu.
Un chercheur peut rater la chouette d’un mètre ou deux sur le terrain s’il ne fait pas attention mais cette erreur n’est pas imputable au jeu (il faut vraiment le faire exprès pour se tromper d’autant).
S’il dispose d’un axe imposé, un chercheur peut mesurer jusqu’à une centaine de mètres sur le terrain sinon 10 mètres environ est un maximum.
Max Valentin confirme qu’il n’est pas possible d’effectuer une mesure précise de 50 mètres sur le terrain, dans ses anciennes chasses la distance maximale était de 15 mètres (chasse Paris-Match région ouest).
S’il y avait des mesures dans la supersolution ce serait forcément en ligne droite.
Des coordonnées géographiques de longitudes et latitudes, même ultra-précises, ne permettent pas de localiser un point de 80 cm de côté.
La chouette peut être trouvée n’importe quand, sauf conditions météo exceptionnelles (neige, brouillard, …).
Max Valentin conseille de repérer la cache de jour (c’est plus pratique) si l’on souhaite creuser la nuit sans témoins.
Quand Max Valentin retourne sur la cache, il utilise des repères qui lui sont propres et qui n’ont rien à voir avec le jeu (le premier repère est très proche de la cache).

INDICE
Max Valentin n’a laissé aucun indice (inscription, signe, objet, …) sur le terrain, ni dans un quelconque endroit de France.
Il est impossible de localiser la cache visuellement car il n’y a rien sur la tombe de la chouette (hormis l’arbuste qui est mort depuis longtemps), il n’y a aucune trace visible et pas de cuvette ou de tumulus.
De plus la cache ne présente aucun particularité remarquable (elle est anodine).

EXPEDITIONS
Max Valentin est parti enterré la chouette tout seul, dans l’après-midi du 23 avril 1993 (de Paris) et il est rentré le lendemain soir à 20 h.
Max Valentin est parti en voiture, il a croisé une forêt en cours de route puis il s’est arrêté et a marché jusqu’à la cache.
Max Valentin avait des outils classiques avec lui : la contremarque, une pioche, une pelle, une barre à mine, une bâche, une torche et un sac à dos.
Max Valentin n’a pas demandé d’autorisation pour creuser, d’une part pour préserver le secret et d’autre part parce qu’il ne s’agissait pas d’une excavation mais juste d’un petit trou bien rebouché.
Max Valentin avait précisément marqué l’endroit avant de creuser le trou : la chouette se trouve exactement là où il avait décidé de la mettre.
Max Valentin a enterré la chouette dans la nuit du 23 au 24 avril 1993 (information qui n’a rien à voir avec le jeu proprement dit) : il a commencé à 3 h du matin et a fini de reboucher vers 6 h 30 (il a mis plus de temps que prévu à cause des pierres sur lesquelles il est tombé).
Max Valentin s’est éclairé avec la torche recouverte d’un mouchoir pour en tamiser la lumière, il était à l’écoute du moindre bruit suspect : en effet s’il avait été découvert, il aurait été contraint de refaire les énigmes (toiles de Michel Becker comprises) et d’annuler l’impression du livre.
Après avoir rebouché le trou et effacé toute trace de son passage, Max Valentin est retourné à sa voiture et a cherché un bistrot ouvert.
Quelques anecdotes : quand il allait porter son premier coup de pioche Max Valentin a entendu une chouette dans le lointain, et plus tôt dans la soirée il a aidé un promeneur à retrouver son chien qui s’appelait « Dracula » et qui s’était perdu (assez loin du site).
Au début du jeu Max Valentin allait visiter la cache environ deux fois par an, ceci dans le but de vérifier s’il n’y avait pas de traces visibles du passage de chercheurs dans les environs.
24 juillet 1994 : première visite de Max Valentin après l’enterrement de la chouette.
14 décembre 1994 : deuxième visite, Max Valentin a exploré les alentours dans un rayon d’environ 100 m (100 pas) mais n’a vu aucune trace.
20 août 1995 : troisième visite, Max Valentin constate la présence d’une marque de terre d’environ 1 m de diamètre à environ 130 m de la cache. Max Valentin ne peut pas affirmer qu’il s’agit d’un trou d’un chercheur (ça pourrait aussi être le fait d’un animal) mais si c’est le cas le trou a été parfaitement rebouché et tassé.
29 mars 1996 : quatrième visite, Max Valentin est resté 50 mn sur place et a inspecté les environs de la cache dans un rayon d’environ 150 m mais n’a rien vu de particulier.
Novembre 1996 : cinquième visite, Max Valentin est resté une heure vingt sur place et a arpenté le site dans un rayon d’environ 150 m, il a constaté une marque de grattage à environ 20 m de la cache et la présence d’un trou (correctement rebouché) à environ 130 m de la cache.
La visite de novembre 1996 est la dernière visite officielle de Max Valentin car beaucoup de chercheurs allaient faire des trous un peu partout avant chaque visite de Max Valentin dans l’espoir que celui-ci confirmerait leurs hypothèses en rapportant ce qu’il avait vu.

CACHE
Max Valentin avait plusieurs choix possibles pour la cache de la chouette (dans des régions différentes), il a visité tous les endroits possibles et en a retenu un parce qu'il lui plaisait plus que les autres et qu'il avait l'impression que les énigmes seraient plus élégantes.
A la connaissance de Max Valentin, c'est la première fois qu'une contremarque est enterrée dans ce lieu.
Le site de la chouette est un endroit (physiquement) anodin (il n'y a aucun élément remarquable particulier).
Le lieu final et le site (à 150 m autour) ne porte pas de nom.
La chouette est dans une cache (lieu secret) et non dans une cachette (lieu propre à cacher quelque chose).
Pour se rendre sur la cache de la chouette, Max Valentin a croisé une forêt en voiture et il a marché un peu (il y a des bois « dans les environs » et il faut les traverser).
Quand Max Valentin est parti, il ne restait aucune trace de l'enterrement de la chouette (ni cuvette, ni tumulus, ni aucun indice d'aucune sorte).
La chouette est en France métropolitaine, et à plus de 100 km des côtes.
La chouette n'est ni dans un cimetière, ni dans un endroit dangereux, ni sous l'eau, ni dans les neiges éternelles, ni sur les berges d'un cours d'eau.
La chouette n'est ni sur un chemin, ni sur un sentier, ni dans un fossé.
La chouette n'est ni au bord d'un chemin (2 à 3 mètres), ni au centre d'un carrefour de 2 chemins qui se croisent.
La cache n'est pas au niveau de la mer.
Il n'y a aucun abri au-dessus de la cache, elle est à l'air libre.
La cache est facilement accessible, 365 jours par an, sauf conditions météo extrêmes (neige ou brouillard par exemple).
La chouette n'est pas enterrée au pied de quelque chose et elle n'est adossée à rien.
On peut faire le tour du trou sans rencontrer d'obstacle, même en écartant les bras (il n'y a rien à moins de 2 mètres de la cache).
Le trou n'était pas à un endroit « remarquable » sur le terrain (il n'y a pas un aspect du sol qui nous dit que « c'est bien ici »).
L'endroit de la cache n'est pas marqué.
Il n'y a pas de câbles aériens au dessus de la chouette (il n'y a rien en hauteur au-dessus de la cache) ni de câbles enterrés, et il n'y a pas non plus de pylônes.
Le site ne pouvait pas être altéré entre 1993 et 1998 (Max Valentin s'était renseigné auprès de qui de droit), et il y avait de très fortes chances pour qu'il ne le soit pas pendant encore longtemps.
La cache ne peut pas être pointée sur la carte précise car elle est trop petite, mais en vérifiant certaines choses sur la carte précise on comprend où la cache se trouve sur le terrain.
On trouve facilement et rapidement la cache sur le terrain.
Il n'y a pas « d'astuces » sur le terrain (une fois sur la cache il ne reste pas une bribe de raisonnement à effectuer).
Il n'y a pas de fausses tombes dans le jeu.
Le mot « tombe » fait partie du jargon des chercheurs, il signifie « le trou où est enterrée la chouette » mais il ne s'agit pas d'une vraie tombe.
« Pile-poil » sur la cache signifie « en plein dessus ».
On peut trouver la tombe de la chouette à n'importe quelle heure de la journée.
Si on creuse la nuit pour être à l'abri des témoins, il vaut mieux repérer la cache de jour.
En théorie il n'y a aucune marge d'erreur sur la cache mais puisqu'elle n'est pas au bord de quelque chose l'erreur du chercheur reste possible.
Pour déterrer la chouette, Max Valentin pense qu'il faudra de 30 à 45 minutes.
On ne peut pas trouver de racines en déterrant la chouette.
En théorie on a le droit de creuser nulle part, mais il y a des endroits où cela est toléré (à condition de respecter l'environnement) et d'autres où c'est formellement interdit, pour la chouette on n'aura pas ce genre de problèmes.
Il y a une allusion à la cache de la chouette dans le jeu mais il s'agit en fait d'un private joke de Max Valentin et il vaut mieux ne pas le chercher car c'est quasiment introuvable.
La cache n'apparaît pas de façon cryptée dans les énigmes.
On ne voit le site sur aucun visuel.
Il n'y a aucune relation entre la cache et un arc-en-ciel.



CHOUETTE

DESCRIPTION
La chouette enterrée a exactement la même taille que l’original puisqu’elle a été coulée à partir de la même matrice, elle fait environ 52 cm d’envergure, 32 cm de haut et 30 cm d’épaisseur.
Les différences avec l’original sont les plumes qui ne sont plus dessinées une à une, les yeux qui ne sont plus réalistes et le bec qui n’est plus d’une autre couleur.
De plus elle n’a pas de socle (la chouette n’est pas enterrée sur quelque chose).
La chouette est en bronze plein, elle pèse lourd.
La chouette a été enterrée dans un trou d’environ 80 cm de profondeur et 60 cm de côté.
La profondeur à laquelle est enterrée la chouette n’a aucun rôle à jouer dans le jeu.
La profondeur de la chouette varie très lentement dans le temps (il faut des siècles pour qu’un objet enfoui remonte naturellement à la surface).
La chouette est couchée dans le trou à l’horizontale (sur le ventre).
La partie supérieure de la chouette (son dos) est environ à 40 / 50 cm de la surface.
Le découvreur saura exactement ce qu’il faut faire car il y a des instructions avec la chouette (avec un mot de passe, un numéro de téléphone, …).
Max Valentin a été surpris en creusant le trou car il est tombé sur davantage de caillasses qu’il ne le pensait.
Il n’y a pas de racines sur le site, tout au plus quelques radicelles de petite végétation.
Max a remis des pierres extraites du trou sur la chouette pour bien la caler et la protéger contre les coups de pioche.
La chouette est donc recouverte de quelques pierres et au-dessus il y a de la terre (elle aussi extraite du trou) jusqu’à la surface.
Les pierres ne sont pas nombreuses et elles ne sont pas grosses (de la taille de tuiles à peu près et un peu plus épaisses, la plus grosse doit faire le double de la taille d’une tuile).
Les pierres se situent à environ 40 / 50 cm de la surface.
Quand il a creusé le trou Max Valentin avait une bâche pour recueillir la terre, il a éparpillé le surplus de terre et de pierres dans les environs.
Quand il est reparti il n’y avait plus de trace visible (si dépression il y avait elle était invisible à l’œil nu).
Une terre qu’on a remué reste meuble pendant au moins un siècle selon les spécialistes.

PROTECTION
Quand la chouette sera trouvée Max Valentin aura les moyens de le savoir dans les 2 à 3 heures qui suivront sa découverte.
La cache ne bénéficie pas d’une surveillance spécifique.
La chouette bénéficie d’une protection mais Max Valentin refuse de dévoiler sa nature (films plastiques, boîte, …).
Max Valentin a verni la chouette avant de l’enterrer (elle est de couleur bronze jaune).
La chouette est protégée contre les détecteurs de métaux mais cette protection n’est pas efficace à 100%.
La protection contre les détecteurs de métaux n’est pas naturelle, c’est Max Valentin qui l’a apportée sur place.
La chouette ne se trouve pas dans une zone inondable, et elle est protégée contre l’humidité.

CHOUETTE
La chouette est enterrée en France métropolitaine, et elle est en deçà des neiges éternelles.
La chouette n’est pas enterrée à l’intérieur d’un bâtiment ou d’une quelconque paroi, elle est dans le sol et à l’air libre.
La chouette n’est pas enterrée dans une sépulture humaine ou animale : elle n’est pas dans une tombe, ni dans un cimetière, ni nulle part en un lieu ayant vocation à abriter des ossements (le lieu où se trouve la cache est anodin).
Ce sont les chercheurs qui ont employé le mot « tombe » pour désigner l’endroit où est enterrée la chouette.
Le jour et l’heure des funérailles du bestiau n’ont rien à voir avec les énigmes et n’ont aucune importance.
Quand Max Valentin dit qu’il aurait pu enterrer n’importe quel autre objet mais que le fait que ce soit une chouette l’arrange bien, il fait référence à la symbolique représentée par ce rapace.
La chouette ne peut pas être considérée comme une sentinelle.
L’extraction de la chouette devrait être assez rapide, de 30 à 45 mn selon Max Valentin.